bienveillance, pleine conscience

Les Quatre Accords Toltèques

La voie de la liberté personnelle

« A chaque fois que vous le lisez, ce n’est pas le livre qui a changé, mais vous. » Don Miguel Ruiz.

Voici ce qu’il est écrit sur ce livre et j’en avais beaucoup entendu parler avant et cela m’a donné encore plus envie de le lire. Et je l’ai lu 3 fois.

Les Quatre Accords Toltèques sont troublants par leur simplicité. Cependant si vous décidez de les suivre ils vous rendront réellement plus libre.

D’après les Toltèques nous sommes perdus dans le rêve de la planète qui n’est pas le nôtre mais celui de la société dans laquelle on vit. Nous avons été domestiqués comme des animaux et la seule façon de redevenir libre est de rompre tous les accords que nous avons subis précédemment.

Le premier Accord est le plus difficile mais aussi le plus important : Que votre parole soit impeccable. Ne parlez pas pour dire des médisances ou des choses fausses, parler que pour dire la vérité ou sinon abstenez vous de parler. La parole est un acte sacré qui peut faire du mal autour de nous comme du bien. Efforçons nous de faire le bien en paroles autour de nous.

Le deuxième Accord est le suivant : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle. Plus facile à écrire qu’à réaliser, en effet si votre collègue vous engueule vous allez croire que c’est votre faute. Or là est la difficulté, il vous engueule mais c’est sa réaction et pas la votre. C’est son problème et pas le votre. Vous êtes responsables de vos propres actes pas de ceux des autres et c’est déjà bien suffisant.

Le troisième Accord est : Ne faites pas de suppositions. Votre conjoint vous a à peine adressez la parole aujourd’hui, vous commencez à croire qu’il y a un problème, vous vous faites mille films dans votre tête. STOP ! Demandez lui simplement comment il va et peut être vous rendrez vous compte qu’il a un problème au boulot et que ça n’a rien à voir avec vous. Au lieu de supposer, demander, votre esprit sera plus en paix.

Le quatrième Accord : Faîtes toujours de votre mieux. En effet, pour nous juger, il n’y a pas de pire juge que soi-même. On se dit qu’on aurait pu faire mieux,on se fait des reproches encore et encore. Alors que si on fait de notre mieux à chaque fois, quelque soit notre état de santé, il n’y a rien à reprocher et la paix nous envahit.

Voilà un bref résumé de ce livre, Les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz.